Qui suis-je ?

    Et voilà le moment de me présenter. Mon intention étant de vous donner ici quelques clés de compréhension des études, auteurs, expériences et des outils qui nourrissent  ma façon de travailler aujourd’hui.

    Au cours d’une première partie de vie hyperactive, je conciliais à un rythme effréné, travail exigeant (restaurant), mariage, hobbies de vitesse et intérêt réel pour la nature. Sans aucunement voir, ni souffrir des paradoxes que cela générait. Ce rythme s’est maintenu jusqu’à ce qu’une série d’évènements génère une profonde et inévitable remise en question. 

« Ne pas railler, ne pas déplorer, ne pas maudire, mais comprendre » – Baruch Spinoza

    Comme en moto, il ne faut pas regarder l’obstacle qui se présente, mais l’endroit où l’on veut passer ! Alors, souhaitant changer d’itinéraire,  parallèlement à mon activité professionnelle, je me suis inscrite en fac.  Ce que je voulais à ce moment là ? … comprendre l’être humain et sa façon de faire des choix … De fait, j’ai choisi d’investir la Géographie.

La géographie est une discipline complexe, qui croise les caractéristiques physiques de notre planète (géographie physique) et les caractéristiques organisationnelle de l’être humain (géographie humaine). Ce dernier ayant la spécificité de produire un territoire conceptuel et culturel se superposant et se confondant avec le territoire naturel. Etre  psychosocial, il est en retour affecté par les conditions du monde dans lequel il vit.

« L’homme qui a le pourquoi, s’accommode de presque tous les comment » – Nietzsche

    Pendant les mois passionnants de ma Maîtrise, penchée sur des questions de représentations mentales et de procédés linguisitiques, afin de comprendre  l’impact qu’avait son expérience dans les procédés de transmission des connaissances. Elisée Reclus, puisqu’il s’agissait de lui, devint  un phare, parfois un maitre, et le plus souvent un vrai bulldozer !

Bousculant, questionnant intensément mes croyances et  représentations mentales, ou au contraire m’absorbant dans des réflexions sans fin pour tenter de saisir sa vision du monde, il m’a obligée à une véritable mutation cognitive !

Car, ce géographe du 19ème siècle, affirmait déjà  « L’homme est la conscience de la Terre »…. Très cher Elisée Reclus …

 

  En 3ème cycle, appliquant ma grille de lecture sur la question de la prévention des risques majeurs, l’importance du corps dans le vécu des catastrophes et du  processus d’intégration de l’expérience,  m’a permis de passer du temps avec des concepts passionnants : dissonance cognitive, résilience, intégration de l’information, énaction, corporéité…

L’aspect incroyable de cette partie de mon parcours, c’est que tous ces concepts creusés pendant ma préparation de thèse, rencontraient mes  apprentissages de gestion des émotions, et s’harmonisaient avec l’apprentissage de la méditation de ma voie bouddhiste….

Après un séjour plus que nourrissant sur ce sujet aux Pays Bas, j’ai décidé de cesser ce travail « décalé » car beaucoup trop loin de l’approche de la prévention des risques majeurs à la française.

« L’homme est la conscience de la Terre » Elisée Reclus

Dommage que les territoires soient si éloignés des apports des Sciences Humaines et Sociales. Pourtant, dans d’autres domaines, le marketing et la publicité ont très bien compris l’intérêt des connaissances des SHS et comment les utiliser !! … mais c’est un autre sujet.
Ainsi, après quelques missions faites auprès de collectivités territoriales sur le sujet de la prévention des risques majeurs et de l’information préventive, c’est dans le domaine du développement durable que je me suis ensuite posée une dizaine d’années.

 

« L’homme est la conscience de la Terre » Elisée Reclus

Puis, après des années passionnantes et passionnées…. un grave accident de la circulation et la maladie qui a suivi, m’ont appris ce que personne d’autre n’aurait pu m’apprendre … La question de la mise en oeuvre.

Il parait qu’on étudie pas les choses par hasard….

« La santé est tout aussi psychosomatique que la maladie. C’est l’inscription corporelle du bonheur de vivre avec qui ont est » Françoise Dolto – 11/11/86

Retrouver la santé m’a demandé d’expérimenter et de pacifier  en moi-même cette relation corps/esprit sur laquelle je planchais depuis des années.  Comme pour beaucoup d’autres personnes avant moi, c’est en grande partie dans la culture extrême-orientale que j’ai trouvé des solutions efficaces de mise en oeuvre. Entre autres, mes pratiques thérapeutiques énergétiques  et une façon d’appréhender le monde de façon totalement intégrée.

« On ne nait pas libre on le devient » – Baruch Spinoza

Et quand on a trouvé des outils efficaces de mise en oeuvre, il me semble important de les utiliser  à leur niveau organisationnel d’efficacité.

Aujourd’hui, je ne cherche plus rien …. j’essaie simplement d’être là où je suis, et d’accompagner celles et ceux qui le désirent, à prendre soin de leur propre complexité ou de celle de leur organisation.

Formations universitaires

« Ne suivez pas mon enseignement aveuglément, éprouvez-le par vous-mêmes » – Bouddha

Formations et Certifications complémentaires

Acquérir plus de clarté intérieure permet d’avoir plus de clarté avec les autres. Ce qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est pas toujours très confortable.

« On dit non aisément, en clarifiant ce à quoi on dit oui, quand on dit non » – Thomas d’Ansembourg

Pour pouvoir comprendre l’importance de l’alimentation, il est important d’acquérir de solides connaissances nutritionnelles en relation avec la physiologie de l’effort physique.

« Les attitudes, gestes et mouvements du corps humain sont risibles dans l’exacte mesure où ce corps nous fait penser à une simple mécanique »  – Henri Bergson

La pensée chinoise, permet de penser l’humain intégré dans un ensemble plus grand, avec lequel il est en interrelation permanente. Elle permet, entre autres choses, de comprendre le maintien de l’équilibre du système humain par les questions énergétiques et alimentaires.

Rappel : Le Shiatsu est reconnu comme une médecine non conventionnelle digne d’intérêt, par l’OMS depuis 1997

« Laisse ta nourriture être ton remède et ton remède ta nourriture » – Hippocrate

Passionnée, j’y suis revenue récemment pour un cycle complet qui couvre les différentes facettes de l’acte alimentaire :
la nutrition : c’est-à-dire les notions de physiologie qui se rattachent à l’alimentation.
l’aspect comportemental et émotionnel
les besoins en lien avec les activités physiques et sportives.
– la compréhension des facteurs de surpoids et d’obésité

« Si tu ne trouves pas la cohérence, cherche encore. C’est que tu n’as pas fini de comprendre » – Jean-Marc Jancovici

Est-il nécessaire que je développe encore ici mon intérêt pour la compréhension des différents niveaux de sensibilité ? Non, mais nous pouvons échanger à ce sujet quand vous le souhaiterez 🙂

« L’homme doit harmoniser l’esprit et le corps » – Hippocrate

Pour finir,  quelques uns des hommes et des femmes dont la pensée et/ou les grilles de lecture  m’ont le plus nourrie au fil des décennies.

Dans le désordre : Alexander Von Humbold, Alcide D’Orbigny, Aimé Bonpland, Baruch Spinoza, Alfred Korzybski, Jean Piaget, Francisco Varela, Eric Berne, Edgar Morin, Antonio Damasio, Henri Laborit, le Dalaï Lama, Elisée Reclus, Hannah Arendt, Van Vogt, Isaac Azimov, Paul Watzlawick, John R. Searle, J. L. Austin,…

Et aussi : Cyrille Javary, Marcel Granet, Isabelle Padovani, Marshall Rosemberg, Moshe Feldenkrais, Patrick Viveret, Carl Gustav Jung, Jean-Marc Jancovici, Pat Parelli, Osho, Mantak Chia, Christophe André, ….

Et, d’autres bien moins connus, mais qui ont néanmoins marqué ma façon de penser par leurs valeurs et leurs enseignements spécifiques et innovants, et surtout pour leur façon d’incarner avec intégrité ce qu’ils professent : Olivier Soubeyran, Vincent Berdoulay, Jean-Yves Puyo, Michel Falempe, Thomas d’Ansembourg et enfin Stéphane Giannini…..

J’en oublie déjà certainement …  et il y en aura sans aucun doute encore d’autres ….

La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice. Spinoza