La femme qui a été guérie

 
La femme qui a été guérie sait qu’aider d’autres femmes à guérir
est la meilleure façon d’élargir sa conscience.
 
La femme qui a guéri ses blessures sait qu’honorer sa lignée et celle de ses sœurs
apporte bonheur et joie dans sa vie.
 
La femme qui a guéri sait qu’il n’y a pas de guérison absolue,
donc elle ne néglige pas son corps, ses émotions et encore moins ses pensées.
La femme qui a guéri partage toute sa sagesse
sans s’attendre à ce que d’autres femmes ou d’autres personnes fassent de même,
car elle sait qu’elle sera toujours récompensée de mille et une façons pour éveiller les consciences.
 
La femme qui a guéri n’a plus besoin de juger ou de se sentir jugée,
elle a également cessé de blâmer ou de blâmer les autres,
elle voit simplement dans chaque échec une opportunité de croissance.
 
La femme qui a guéri sait que son meilleur remède est l’amour inconditionnel
pour tous les êtres avec lesquels elle partage son existence ici, sur cette planète appelée Terre.
 
La femme qui a guéri sait que son corps est composé des mêmes éléments que la nature contient,
alors elle essaie de ne pas lui faire de mal et apprend à ses enfants à le respecter.
 
La femme qui a guéri sait que son utérus n’est pas un endroit pour abriter la douleur,
elle sait que c’est un endroit où naît la vie et c’est là qu’elle garde son pouvoir de création et de manifestation.
 
La femme qui a guéri sait que la bénédiction de son chemin et de celui de ses sœurs sert à attirer la pleine abondance dans sa vie.
 
La femme qui a guéri ne doute jamais de ses décisions et ne regarde jamais en arrière,
car elle sait que la seule chose qui compte, c’est le maintenant.
 
La femme qui a guéri sait que pour avancer, elle doit s’être pardonnée.
Avoir absolument tout pardonné signifie élever sa propre spiritualité.
 
La femme qui a guéri sait que porter n’importe quel rituel dans la vie quotidienne,
c’est créer la beauté et l’harmonie autour d’elle.
 

La femme qui a guéri sait qu’il n’y a pas de force plus puissante que celle du rire et de l’amour.

 
La femme qui a guéri sait que l’homme n’est ni son adversaire ni son propriétaire,
elle sait qu’il est son compagnon et son complice.
Teocalli
Illustrations by Djamila knopf
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *