Défumer aisément ?

Pourquoi utiliser le verbe défumer ?

De façon pragmatique, parce que j’ai défumé.

Et que ce fut plus enrichissant et moins douloureux que les multiples fois où j’avais arrêté de fumer.

Mais plus encore, parce que quand on connait le fonctionnement de la tabagie, cela a du sens de défumer.

Défumer, c’est un vrai travail actif et progressif sur soi-même.

Un peu comme l’entrainement d’un sportif.

Cela comporte des compréhensions à intégrer.

Cela demande de rectifier des fausses croyances, de s’approprier des outils et de réaliser des exercices concrets, afin d’intégrer les nouveaux apprentissages.

Par opposition, cesser de fumer, c’est instaurer un rapport de force entre soi et soi.

Entre la partie de soi qui fume et la partie de soi qui veut cesser de fumer.

Toute personne qui a déjà essayé d’arrêter de fumer, l’a déjà expérimenté. Quelque soit le résultat, dans cette guerre interne, il y a toujours une partie de soi qui perd !

Et pourtant, la connaissance est là !

Sachant tout ce que l’on sait sur le tabac, depuis longtemps plus personne ne devrait fumer.

D’autant que maintenant il est su de tous et de toutes, que l’industrie du tabac à manipulé l’opinion et la science pendant des décennies.

Le tabac est directement lié à l’émotion de peur. La peur assiège le fumeur.

Que ce soit la peur de la maladie, peur de perdre des proches, peur de ne pas réussir à cesser de fumer, peur de perdre son argent, peur de perdre son souffle, …

Et en même temps, peur d’arrêter… de ne pas y arriver…peur de grossir… peur d’échouer….

Et en plus, toute la lutte contre le tabac est également centrée sur la peur.

Spots télévisés, affiches, messages illustrés sur les paquets…. tout le monde sait maintenant que le tabac cause une forme ou l’autre de cancer.

Un bouquet de peurs

Alors dans tous les cas le fumeur est pris dans la peur. Ou plutôt dans un réseau de peurs. C'est à dire qu'il y a une mise en perspective des peurs et d'une action qui entraine des peurs.... et génère toujours plus de dissonance cognitive au fur et à mesure que la connaissance interne progresse.
Dissonance cognitive et bien sur dissonance émotionnelle.

Alors il convient d’aller voir de ce côté là…..  Et d’oeuvrer à retrouver sa fluidité et sa  liberté intérieure.

Le plaisir de respirer est sans égal….

Lors de notre naissance c’est notre première action d’être vivant sur cette Terre.

Et sera la dernière le jour où nous partirons.

 

Respirer… Respirer… Respirer….

Et pourtant cela se fait sans nous. Nous avons juste à apprendre à l’apprécier.

 

Pour en savoir plus, remplissez le formulaire de contact ci-dessous.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *